Uracyst® est un fluide qui est instillé dans la vessie. Il contient une solution stérile de sulfate de chondroïtine fortement dosé (2%) qui permet de reconstituer les zones défectueuses de la paroi vésicale endommagée en présence de Cystite Interstitielle. En diminuant la perméabilité de la paroi vésicale, Uracyst® réduit ainsi les symptômes de cette affection douloureuse et invalidante.
 Uracyst® est un fluide qui est instillé dans la vessie.  Il contient une solution stérile de sulfate de chondroïtine fortement dosé (2%) qui permet de reconstituer les zones défectueuses de la paroi vésicale endommagée en présence de Cystite Interstitielle. En diminuant la perméabilité de la paroi vésicale, Uracyst® réduit ainsi les symptômes de cette affection douloureuse et invalidante.  

Traitements

Une fois le diagnostic de Cystite Interstitielle établi, il y a beaucoup de considérations concernant la thérapie. Le plus important est de réduire les symptômes et améliorer la qualité de vie des personnes concernées. Si l’urologue a constaté par cystoscopie que la paroi vésicale est dégradée, il apparaît rationnel de chercher à la reconstituer c’est-à-dire « retapisser » les tissus détériorés de la vessie avec des composants identiques c’est à dire des Glycoaminoglycanes qui reformeront une couche protectrice imperméable aux substances toxiques de l’urine. L’urologue procède par instillation de produits qui ont montré leur efficacité clinique et leur tolérance dans des essais cliniques à méthodologie rigoureuse publiés et/ou présentés dans les Congrès Internationaux. Le sulfate de chondroïtine sodique fortement dosé : Uracyst® fait partie de ces produits.

Sachant que la Cystite Interstitielle est probablement une maladie multifactorielle, d’autres modalités de traitement peuvent être envisagées et notamment les antidépresseurs prescrits à faibles doses comme neuromodulateurs de la douleur.

D’autres médicaments oraux utilisés pour traiter les symptômes globaux peuvent être prescrits comme les analgésiques, les anti-inflammatoires, antispasmodiques, les anti-cholinergiques, les antagonistes des récepteurs de l'histamine, des agents immunosuppresseurs, des prostaglandines et le polysulfate de pentosane qui est un polysaccaride de structure similaire à celle du sulfate d'héparine qui pourrait adhérer à la surface de la vessie et améliorer les symptômes.

 

N’ont pas été évoquées dans ce chapitre des approches thérapeutiques comme l’hydrodistension qui, outre son aspect diagnostique, pourrait soulager les symptômes du syndrome douloureux vésical.